Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog de Jacques Davier

  • Les Professeurs Nimbus de la météo!

    Or donc, à cause d'une annonce d'orages extrêmement violents de la part de Météosuisse, les autorités genevoises ont interdit la tenue de la Fanzone de Plainpalais lors des matchs Suisse Italie et Allemagne Danemark! Ainsi que toute autre manifestation!

    Quelle déception dans les rangs des supporters! D'autant plus que tout ce binz n'était absolument pas justifié! Et non, il est huit heures du soir, et on attend toujours les "cisaillements des vents", les orages "à la queue leu leu", le "talweg" et autres grêlons de six centimètres qui devaient nous pourrir la soirée!

    Navrant excès de confiance des Nimbus de la Météo pour  leur nouveau joujou, à savoir le modèle informatique Icon, duquel tout est parti! Apparemment paramétré pour annoncer le pire, il s'est complètement planté! A revoir d'urgence!

    Et si ce n'était que ça! Mais non, les services du DIN ont cru bon de se baser sur ces prévisions et autres alarmes déficientes pour interdire, une fois de plus, toute manifestation à Genève, entre deux heures et minuit! Fait du prince qui prouve que la tyrannie covidienne, ou le réflexe autoritaire, est bel et bien passée par là, et qu'elle entre gentiment dans les mœurs de nos chères autorités!

    Alors, deux conseils. Aux Professeurs Nimbus, vérifiez le fonctionnement de vos modèles météo avant de lancer des alarmes à tout va! Et aux autorités, cessez de vouloir régenter la vie des citoyens, en pratiquant un principe de précaution complètement délirant! Des mouvements de foule mortels étaient même craints! Diantre! Que feraient-elles à Paléo, ces autorités? Les festivaliers et les organisateurs ont de quoi se faire du souci!

    Ce fameux orage est bel et bien arrivé, vers neuf heures quinze, et a duré une bonne demi-heure. Avec une pluie assez violente, il est vrai, et de nombreux éclairs, mais rien de surprenant ni d'inédit! J'ai vécu bien pire que ça, notamment au Tessin!

    Bref, la Fanzone aurait pu et rester ouverte, mauvais point pour les autorités! D'ailleurs, il y a une Fanzone vaudoise qui, eu égard à l’innocuité de l'orage et aux pertes sèches subies, va porter plainte contre le canton de Vaud!

    En un mot comme en cent, cessez de nous materner, et lâchez-nous la grappe! Nous sommes assez grands pour savoir tout seuls si nous voulons sortir par temps d'orage!

    Cela dit, bravo les Suisses!

     

    Jacques Davier (Juin 2024)

  • Aurore somnambule

    Au lendemain de l'ultimatum, l'Individu sortit de chez lui. Le ciel était bleu, le soleil brillait, une légère brise caressait agréablement la peau. Il s'engagea sur le trottoir, puis, confiant, finit par marcher directement sur la chaussée.

    Après quelques minutes, il s'étonna tout de même de ne croiser personne, ni piéton, ni voiture, ni moto, ni vélo, ni trottinette. Pas âme qui vive! Les rues étaient désertes, la ville était silencieuse, mis à part le pépiement inlassable des moineaux et le roucoulement des pigeons. Seuls un ou deux chiens, l'air perdu, passaient dans son champ de vision.

    Que faire? La boulangerie où il voulait aller se procurer du pain et quelques croissants était inhabituellement fermée. Il ne put voir s'il y avait quelqu'un à l'intérieur, les rideaux étant tirés.

    Il entra dans le parc désert, s'arrêta quelques secondes pour apprécier la situation, puis alla s'asseoir sur un banc. Il commença à réellement s'inquiéter. Il réfléchit. Les Ennemis étaient donc passés à l'action, conclut-il. Ils avaient mis à exécution leur menace de bombarder le Pays avec leurs engins ultra-sophistiqués, conçus, l'Individu s'était renseigné, pour n'éliminer que les vies humaines, à l'exception de la faune et de la flore, et sans détruire quoi que ce soit, bâtiment, pont, chemin de fer, ni endommager la nature!

    Cet engin, ce n'était pas une bombe au sens classique du terme car il n'avait entendu aucune déflagration, ne faisait pas que tuer, il faisait également disparaître les corps. En effet, aucun cadavre ne jonchait le sol, et les quelques bâtiments dans lesquels il réussit à entrer étaient absolument vides.

    Que faire? Il devait être aux environs de midi, estima-t-il, car sa montre ne donnait plus l'heure, tout comme son cellulaire. Les rares personnes auxquelles il avait tenté de téléphoner n'avaient pas répondu. Au moins avait-il pu constater, à l'écoute des sonneries et des répondeurs, que les lignes fonctionnaient, tout comme l'Internet. Mais à quoi bon? Personne au bout du fil et tous les sites web hors service!

    Pourquoi le gouvernement du Pays s'était-il entêté, contre toute raison, à menacer et insulter un Pays bien plus fort et puissant que lui? On allait voir ce qu'on allait voir, pérorèrent les pieds-nickelés au pouvoir! Fichtre, on avait vu, en effet!

    Que faire? L'Individu, maintenant convaincu qu'il était un des rares, sinon le seul survivant, renonça à chercher une explication. Dans quel but? Il préféra se concentrer sur la situation. Peut-être, d'ailleurs, des troupes ennemies allaient-elles entrer dans le Pays, et lui donner, le voulant ou non, le fin mot de l'histoire?

    Dans l'attente de cette éventualité, il continua l'exploration de son quartier. Il poussa jusqu'au Grand Magasin, dont les portes coulissantes étaient étonnement ouvertes. Un effet de l'engin, sans doute. Il fit ses emplettes, et en sortit avec un cabas rempli de nourriture. Puis il retourna au parc s'asseoir sur ce qui était désormais son banc. Les jambes au soleil, les épaules et la tête à l'ombre des arbres, il ferma les yeux, ne sentant plus que l'air léger sur son corps. Il s'endormit rapidement.

    Lorsqu'il se réveilla, il commença par s'étirer, puis contrôla que son sac à dos et son cabas fussent là où il les avait posés, sur le banc à côté de lui. Idiot, se dit-il soudain, tu es le seul survivant, ou l'un des seuls, personne dans le coin à part toi! Aucun risque de vol! Puis il éclata de rire! Le soleil avait quitté le parc, on en voyait les derniers rayons sur les toits des immeubles environnants. Il devait être sept ou huit heures, pensa-t-il.

    Que faire? Aucune connexion, il avait à nouveau vérifié. Rien à attendre de ce côté-là, mon vieux, va falloir te débrouiller tout seul! Il décida de rentrer chez lui, de casser tant que faire se peut la croûte et d'écouter de la musique avant de se coucher. Heureusement qu'il avait un lecteur CD à piles, au cas où il n'y aurait plus de réseau électrique!

    L'Individu n'était bizarrement pas malheureux, juste étonné. Ses contemporains, qu'il détestait car ils étaient corrompus et décadents, étaient loin de lui manquer! Mieux, leur disparition le réjouissait!

    Demain serait un autre jour!

     

    Jacques Davier (Juin 2024)

  • Ne tombons pas dans le piège du Net zéro carbone!

    Les gens de Clintel sont des pointures en matière de climatologie. Et, comme de nombreux autres spécialistes, ils affirment que le CO2 n'est pour rien dans le réchauffement climatique actuel, et donc le CO2 anthropique encore moins, d'évidence!

    Ils ont publié une étude qui prouve abondamment ces affirmations, et qui a été traduite sur le site des Climato-Réalistes, sous le titre de Il est encore possible d'éviter le piège du Net-Zéro carbone !

    Nous donnons ci-dessous une partie du résumé de l'étude, en vous encourageant vivement à lire, pour votre édification et pour devenir climatiquement intelligents, le texte en entier!

    Qui est Clintel?

    "La fondation Climate Intelligence (Clintel) a été fondée en 2019 par le professeur émérite de géophysique Guus Berkhout et le journaliste scientifique Marcel Crok. L’objectif principal de Clintel est de produire des connaissances et une compréhension des causes et des effets du changement climatique, ainsi que des effets des politiques climatiques qui sont menées. Clintel a publié la Déclaration mondiale sur le climat, qui a été signée par plus de 1900 scientifiques et experts. Son message principal est "il n’y a pas d’urgence climatique"" (extrait du texte en lien ci dessus).

    Lire la suite